théâtre des asphodèles

17 rue Saint-Eusèbe
69003 lyon

t. 04 72 61 12 55
compagnie@asphodeles.com


notre équipe
Direction . Thierry Auzer
Administration de production . Charlotte Barbieri
Diffusion . Adeline Dattrino
Gestion et comptabilité . Patricia Auzer

théâtre des asphodèles

17 rue Saint-Eusèbe
69003 lyon

t. 04 72 61 12 55
compagnie@asphodeles.com


notre équipe
Direction . Thierry Auzer
Administration de production . Charlotte Barbieri
Éducation artistique . Manu Porteret
Gestion et comptabilité . Patricia Auzer

dom juan 2.0

Une création de 2014 - durée 1h35

Notre Dom - Juan 2.0 est coloré,
virevoltant, extravagant et actuel !

Embarquez aux côtés de nos comédiens qui redécouvrent avec vous cette pièce de Molière, une des plus controversée de l’époque et pourtant si frappante de pertinence aujourd’hui.

A l’heure du numérique, d’internet 2.0 et des communications virtuelles, où les relations se tissent par écrans interposés, réseaux sociaux et plateformes de rencontres, que reste t-il des rapports humains, sincères et spontanés ?

Sous couvert de présenter un filage de sortie de résidence, les acteurs se présentent ici eux-mêmes au public à travers la pièce de Molière. En parallèle de leur jeu de comédien, ils se dévoilent au spectateur, dans leur rapport de groupe, leur fragilité, leur espièglerie, leurs doutes et coups de gueules. Ils envahissent le plateau entre deux scènes de Molière qu’ils interprètent avec autant de profondeur que de légèreté et nous livrent avec force et honnêteté un miroir sur toute la complexité et la beauté du rapport humain. Un rapport ludique s’établit et introduit une idée de théâtre au présent.



Note d’intention du metteur en scène

Aimer les femmes et les posséder toutes, tel est le rêve de Dom juan pourrait-on croire. Mais s’il est vrai que l’homme en question consacre sa vie à ce jeu cruel de la séduction, il représente à mes yeux plutôt une révolte envers les systèmes d’une société régie par la morale et la religion. N’est-il pas plus courageux d’assumer ses idées en dépit du regard des autres plutôt que de se plier à certaines règles qui nous ont été imposées, au risque d’effacer nos désirs ?

Luca Franceschi

photo don juan


avec Serge Ayala, Gaëlle Konaté, Robert Magurno, Manuel Olinger, Fabio Ezechiele Sforzini, Frédéric Tessier, Jennifer Testard
mise en scène et adaptation Luca Franceschi
Décor Thierry Auzer, Vincent Guillermin
Lumières Romuald Valentin
Costumes Zoéline Gétin
Photos Jean-Marie Refflé


documents à télécharger

photo don juan


extraits de presse

« Sept comédiens réinterprètent à merveille l’oeuvre de Molière dans une nouvelle forme, rafraîchissante, pleine d’énergie et d’originalité. Ce spectacle est complet, le texte de Molière est vraiment mis en valeur par la subtilité des comédiens et de la mise en scène. Leur jeu est superbe ! »

La Provence

« À la fois drôle et émouvant, alternant la comédie et le drame, les sept comédiens interprètent une vingtaine de rôles qu’ils s’approprient aisément pour délivrer au public le rire ou l’émotion. En une fraction de seconde dans un tourbillon d’énergie au rythme effréné, ils envahissent littéralement la scène et élaborent un échange avec le public à la manière d’un filage. Les scènes tragiques sont maniées dans une drôlerie de situations inattendues systématiquement surprenantes. Dom Juan 2.0, vous fera découvrir ce grand texte de Molière dans une version extravagante et actuelle et qui ne pourra que plaire à qui aime la commedia revisitée. »

Le Bruit du off

« Spectacle à voir absolument : une dizaine de comédiens époustouflants, d’une énergie débordante canalisée avec habile pertinence. Projet audacieux : un classique joué et rejoué. Grand respect du texte de Molière entrecoupé de réflexions et commentaires complètement dans l’esprit de la pièce originale qui l’illuminent. La mise en scène est brillante d’intelligence : spectacle enjoué qui fait aimer le théâtre... Irrésistible. Tous âges. Un plaisir dès avant le lever de rideau et que l’on emporte avec soi. S’il n’y a qu’un spectacle à voir, c’est celui-ci ! »

ACCE

« Une vraie invention de plateau on pourrait dire ! Ce «Dom Juan 2.0» est très irrévérencieux et révérencieux dans le même acte de recréation-récréation. Ce délire ne détruit pas le texte original. Tout au contraire, il le porte au public dans des formes actuelles. »

Agoravox

photo don juan

les irrévérencieux

commedia dell’arte / human beatbox / danse hip hop


Une création de 2013 - durée 1h20

Les Irrévérencieux c’est une création originale dans laquelle les comédiens s’approprient des disciplines urbaines et populaires comme un écho à la modernité. Une rencontre de la Commedia dell'arte du 16ème siècle avec la culture hip hop du 21ème siècle, à travers le human beatbox et la danse hip hop. Une fusion de genres et d’origines pour mieux questionner notre quotidien.

Ici, la Compagnie du Théâtre des Asphodèles réinterroge la commedia dell’arte issue du 16ème siècle dans ce qu’elle a de plus contemporain : une forme de théâtre issue de la rue, populaire, divertissante, s’appuyant sur un canevas tout en laissant place à l’improvisation et à l’interaction avec le public... Les comédiens jonglent avec les techniques pour les modeler, les renouveler.

photo les irrévérencieux

La rencontre avec la culture Hip hop, actuelle et revendicatrice, se pose comme écho spontané d’une commedia dell’arte d’aujourd’hui. Un mélange de disciplines certes éloignées dans le temps, mais indiciblement rattachées entre elles par l’inventivité, l’improvisation et la créativité, et qui toutes possèdent cette sincérité du partage scénique. Le théâtre, la danse et le human beatbox fusionnent ainsi sur le plateau pour laisser place à l’énergie, au rythme et aux rires.

Parce qu’elle désigne le manque de respect, mais en même temps l’insolence, l’impertinence, et par là même une audace excessive, provocante et libre, l’irrévérence constitue pour nous la meilleure définition que l’on puisse donner d’une Commedia dell’arte contemporaine.

Ce spectacle a été présenté au festival d’Avignon Off 2013 et 2014. Accueillis en coréalisation dans un lieu emblématique du Festival, la Chapelle du Verbe Incarné puis au Théâtre Golovine, nous avons reçu le prix du Off « Coup de Coeur de la Presse du Grand Avignon et du Vaucluse » et connu un véritable succès public (représentations à guichets fermés) et professionnel (plus de 250 programmateurs sur les deux éditions) En février 2014, une captation France télévisions a été réalisée au Théâtre des Asphodèles, donnant lieu à cinq diffusions sur France Ô de l’intégralité du spectacle. En Juillet 2015 et donc après deux ans de tournée, le spectacle aura été joué plus d’une centaine de représentations (dont une cinquantaine de représentations sur la dernière saison).


sur une idée originale de Thierry Auzer, Luca Franceschi et Stéphane Lam
mise en scène Luca Franceschi
chorégraphie Najib Guerfi
composition musicale Nicolas Giemza dit « Tiko » et Stéphane Lam
création lumière Romuald Valentin
costume Malika Mihoubi
décor Thierry Auzer, Jean Auzer
graphisme décors Alexandre Mercier
avec Samuel Camus, Mathilde Dutreuil, Salla Lintonen, Yannick Louis, Nicolas Moisy, Alexandra Nicolaïdis, Julie Seebacher

en collaboration avec Pôle Pik - Centre Chorégraphik de Bron, coproduit par le Centre Culturel Charlie Chaplin de Vaulx-en-Velin et la Ville de Lyon, avec le soutien de l’Institut Culturel Italien de Lyon et de l’ADAMI. © Jean-Marie Refflé, Yoran Merrien


documents à télécharger

photo les irrévérencieux

extraits de presse

Le théâtre beaunois a vécu une de ses plus belles soirées avec Les Irrévérencieux. La salle pleine a découvert le mariage de la tradition et du contemporain dans un moment de folie, d’inventivité, de références et d’allusions. Moment qui constitue aussi un message d’espoir par son mariage des cultures et la force de l’imaginaire. Illustration belle plastiquement, riche musicalement, performante physiquement et hilarante par le contenu. Ce spectacle est aussi une preuve que l’art d’aujourd’hui se renouvelle en croisant, en superposant et en mariant les arts traditionnels et présents.

Côte de Beaune, 19/01/15

Quelle magnifique performance ! Un melting pot très réussi. C’est drôle, fin et admirablement interprété. Nous dégustons cette pièce faite de décalages et de contre-emplois qui nous sortent un peu de nos schémas convenus. Les comédiens y vont à fond, sont à l’aise dans tous les régistres, et leurs rôles sont portés au maximum. Le propos n’est pas éculé, il est au contraire revisité par la danse et les mots, dans un présent qui donne envie de créer toujours avec plus de nouveauté. Et surtour, de s’amuser.

la Marseillaise

Un régal que ces Irrévérencieux : fraîcheur des comédiens, clarté de la trame, richesse d’une scénographie sans cesse en mouvement (...) Les sept filles et garçons, à l’aise dans leurs baskets, maîtrisent ancien et nouveau styles avec assurance, jusqu’au battle final. Et le public se marre, il y a du rire à tous les degrés possibles, plein de références : c’est un spectacle joyeux.

Monique Desgouttes-Rouby (journaliste au Progrès)

Un spectacle étonnant qui nous emmène loin, très loin, dans un ailleurs délicieux, sensible, audacieux, teinté de folie, fusionnant les langues, les cultures et les arts en nous délivrant subtilement un beau message de tolérance. C’est tout simplement magique, poétiquement burlesque, et en même temps d’une technicité sans faille. Révérence, messieurs et mesdames les artistes !

Nicole Bourbon, Reg’Arts

Cette jolie gourmandise est d’une sensibilité exquise, et le propos, ici très beau, ne manque pas d’être très politique. Rien de plus audacieux, rien de plus sympathique !

photo les irrévérencieux

Ana Elle, Magcentre

Une heure et demi de bonheur théâtral qui déchaine l’enthousiasme sans réserve des spectateurs, jeunes ou adultes qu’ils soient.

Andréa Genovese, le Belvédère

Une folle énergie emmène le spectateur dans un tourbillon jubilatoire qui ne doit rien au hasard et tout à la scénographie, au talent des interprètes et à I’alchimie des genres qui produit un mélange (d)étonnant.

Mélimeloff

« C’est un spectacle très tonique et très inventif, les comédiens s’essaient à toutes les disciplines, human beatbox, danse hip hop, parlent dans toutes les langues et nous amusent autant qu’ils semblent prendre du plaisir.»

Jean Regad, la provence



Ce spectacle a reçu le coup de Coeur de la presse au festival Off d’Avignon en 2013 par le Club de la presse du Grand Avignon et du Vaucluse : il a fait l’unanimité du jury pour sa créativité, sa qualité scénique, l’implication et le talent des artistes, parmi une pré-sélection de 250 spectacles du Off.

2017

Classique de Commedia dell'arte

Fort de plus de 20 années d’expérience et de pratique de la Commedia dell'arte, de rencontres, de voyages, de réflexion sur notre pratique, nous avons aujourd’hui l’envie de renouer avec la forme traditionnelle du genre.

A partir d’un texte classique de Commedia dell'arte encore non défini à ce jour, nous voudrions présenter au public une création dans la tradition pure, faire revivre les personnages à travers des comédiens de Commedia dell'arte, capables d’usant de techniques et disciplines plurielles pour enfin ouvrir un dialogue avec le spectateur. Puiser dans nos expériences de scènes pour apporter une couleur unique et inattendue à notre travail de tréteau, révéler du jeu en s’appuyant sur tant sur des chants polyphoniques que sur du human beatbox, métisser les langues à l’image de notre mondialisation, s’appuyer sur l’opéras chinois et la danse de grue coréenne pour répondre à l’acrobatie, l’escrime et la pantomime...

Les Irrévérencieux

volet 2

« Notre théâtre doit être un lieu de rencontre et de partage affirmant la nécessité et le devoir de délivrer un discours. Il faut des artistes capables d’aspirer aujourd’hui à un véritable « théâtre d’art pour tous » qui soit en même temps une fenêtre sur le monde. Il faut des irrévérencieux. »

Les Irrévérencieux, dès le départ, a été conçu comme une aventure de création en triptyque. Le succès du premier volet actuellement en tournée montre la pertinence de notre propos et la qualité toujours présente de notre proposition artistique. Avec le premier volet Les Irrévérencieux, nous avons réussi à donner à notre Commedia dell’arte cette forme renouvelée, urbaine et ancrée dans la modernité de notre époque, par le croisement de disciplines explorées. Pour nos comédiens, la possibilité de puiser dans ces diverses techniques les capacités à provoquer l’inventivité, la création et l’improvisation propre à la Commedia dell'arte telle que nous la défendons. Ce second opus marque donc pour nous la volonté d’aller encore, en gardant cette rencontre de disciplines actuelles et populaires mais ici en la transfigurant par la mise en scène d’un texte inédit d’auteur contemporain.

Notre rencontre avec Boualem Sansal, c’est avant tout et surtout une rencontre humaine, fortuite. Des sensibilités qui se font échos, des imaginaires artistiques qui questionnent, bousculent, revendiquent. De là nait une envie de travailler ensemble, d’associer nos arts, de trouver un commun entre une plume sans concession et des comédiens de l’irrévérence. Un besoin partagé aussi de défendre des valeurs, de porter haut et fort un message universel de tolérance, d’humanisme mais qui soit tout aussi poétique et fédérateur, que nous choisissons de défendre à travers une thématique entre irrévérence et espoir, «le refus de la négation de soi».

C’est un défi de l’inédit que nous nous lançons, Boualem Sansal en signant ici sa première pièce théâtrale, les Asphodèles et Luca Franceschi en conjuguant la commedia dell’arte pour servir un texte, contemporain qui plus est. Un challenge excitant, une audace...

Prenons donc le temps, de nous découvrir dans nos identités, nos sensibilités, nos faiblesses et nos forces artistiques, de construire un langage commun qui révèle sur le plateau une matière inédite, dans toute sa diversité.

A Boualem d’y mettre toute sa profondeur, commencer à trouver des émotions, des sonorités, créer une atmosphère. À nous de la défendre avec nos armes scéniques. Au public de s’identifier.

Avec cette nouvelle création, nous avons l’ambition de porter un projet artistique qui soit basé sur un vrai temps de recherche et d’expérimentation. La Commedia dell’arte apporte un rapport ludique avec le spectateur, une scénographie riche sans cesse en mouvement et une capacité de distanciation entre le comédien et les personnages qui amène l’idée d’un théâtre au présent. Après avoir traité une pièce classique en Commedia dell’arte (Dom Juan de Molière), nous nous rendons bien compte à quel point ce genre théâtral vient enrichir et donner une portée au texte, un élan, une couleur singulière.

En proposant une commedia dell’arte que nous voulons également réinventée dans son genre pluridisciplinaire, dans la poursuite du travail mené avec le premier volet des Irrévérencieux, nous nous engageons dans une création artistique qui se construit avant tout dans la rencontre, entre un metteur en scène, un compositeur de Human Beatbox, un chorégraphe, un auteur, et bien sûr une équipe de comédiens !

Pour la première fois, nous gageons que la Commedia dell’arte peut se mettre au service d’un théâtre contemporain, d’une écriture d’auteur, portant sur la société d’aujourd’hui et revendiquant des valeurs qui font directement écho à notre quotidien.


Pièce pour 5 à 7 comédiens
sur un texte inédit de Boualem Sansal
mise en scène par Luca Franceschi
sur une idée originale de Thierry Auzer et Luca Franceschi
composition musicale Nicolas « TIKO » Giemza
chorégraphie Mourad Merzouki


création 2015-2016
disponible fin avril 2016

photo irreverencieux volume 2

Un message fort entre irrévérence et espoir, une ode au refus de la négation de soi.

Anciens
spectacles

#

Le Miroir 2011 . 2012 . 2013

Mise en scène Luca Franceschi Composition Stéphane Lam
En collaboration avec le Pavillon Rouge des Arts
Coproduction Beijing Modern Art, Région Rhône-Alpes, Institut français, Ville de Lyon, Festival Croisement

Témoin et média(teur) d’un jeu de séduction, conquête interculturelle, notre miroir reflète en chacun les différences pour devenir le portail qui permet aux protagonistes d’aller à la rencontre de son autre. Il renverse l’ordre du temps et vient troubler respectivement les traditions italienne et chinoise pour mieux les rapprocher dans la modernité. Arlequin saura t-il voir le roi singe qui sommeille en lui ? Le Miroir, une rencontre artistique et humaine entre commedia dell’arte et opéra chinois, slam, chants du Shanxi et vidéo.

#

Les Jumeaux de Naples 2011
D’après Adriani

Adaptation et mise en scène Thierry Mortamais

Ce spectacle tiré d’un texte du 18ème siècle, nous raconte l’histoire basée sur un quiproquo lié à la gémellité. Un premier Polichinelle (l’émigré) a quitté Naples pour travailler au service d’un riche marchand nommé Pantalon. Un second Polichinelle (Le napolitain) est à la recherche de son frère jumeau, leur ressemblance multipliant les malentendus. Une marionnette géante, nommée Rosetta, de sa fenêtre, croit reconnaître dans le Napolitain son fiancé l’émigré !… »

#

Le Masque Boiteux, histoire de soldats 2010 . 2011
De Koffi Kwahulé

Mise en scène Frédéric Tessier Coproduction Centre culturel franco/mozambicain de Maputo, Ambassade de France au Mozambique Soutien de l’Adami, Centre culturel Charlie Chaplin, Vaulx en Velin.

Histoires de soldats ne sera pas une pièce sur les soldats tirailleurs sénégalais ni sur la deuxième guerre mondiale. Il s’agira, travers l’exposition de ces soldats africains, non pas de stigmatiser les horreurs de la guerre, mais de nommer cette expérience incongrue et singulière qui est d’être dressé à tuer, pas à titre personnel, de l’humain. Car tout soldat est un tirailleur sénégalais, un homme contraint de participer, jusqu’au foudroiement de soi, à une haine qui n’a fondamentalement rien à voir avec lui. Nommer cette absurdité-là au théâtre est aussi un acte de résistance.

#

Arlequin navigue en Chine 2008

Mise en scène Luca Franceschi Coproduction Festival Croisement, Ambassade de France en Chine, DGAF Chine, Région Rhône-Alpes, Département du Rhône, Ville de Lyon, ministère de l’Education nationale, Université d’Avignon et des pays du Vaucluse, LERTA, Université Lumière-Lyon 2, Institut italien de la culture, SACVL, Nacta. Soutien de l’Adami

8 comédiens chinois et européens, tout à la fois musiciens et acrobates, invitent le spectateur à être le témoin d’une histoire d’amour à priori impossible, celle d’une princesse venue de Chine avec le fils d’un commerçant vénitien. Perle d’Azur, fille d’un notable chinois, est enlevée et laissée pour compte à Venise en raison d’un complot meurtrier. Travestie en Arlequin pour masquer son identité, elle rencontre Orazio, un jeune vénitien, dont elle tombe amoureuse. De Venise à Pékin, mille péripéties les attendent. Entre complots et duels, chants d’amour et danses effrénées, leur périple sera ponctué de multiples déguisements et de lazzi à l’italienne. Confronté à l’intolérance des uns et à l’ignorance des autres, il leur faudra prouver au monde la force de leurs sentiments, au-delà des différences culturelles...

#

Dom Juan 2007

Parce qu’à l’opposé du drame et du désespoir, il y a le rire et la poésie... C’est en introduisant une mise en abime et s’inspirant de la comédie italienne que s’installe un rapport ludique et intelligent avec le public. Aussi peut-on jubiler devant le talent et l’énergie de sept comédiens opiniâtres se permettant de questionner jusqu’à huer sur scène la conduite de ce scélérat coureur de jupons! Sauront-ils reconnaitre le courage d’un homme assumant jusqu’au bout ses convictions ?

#

Divertimento 2006
D’après Carlo Goldoni / Gozzi / Molière

Adaptation et mise en scène Alberto Nason

Six comédiens débarquent sur scène, une heure durant ou par fragments de 20 minutes. Ils remplissent l’espace de chansons, de scènes, de personnages, masques et polyphonies. Leur secret ? Une alchimie de poésie, de rire et la saveur de la légèreté.

#

La comédie des européens 2005 . 2006
D’Emmanuel Seignez

Mise en scène Béatrice Guerrero, Jérôme Sauvion et Emmanuel Seignez

#

pinocchio 2005
De Carlo Collodi

Mise en scène Alberto Nason

Voilà Pinocchio débarquant chez Arlequin, Polichinelle, Pantalone et les autres ! Les personnages de la commedia dell’arte réservent un accueil chaleureux à leur compatriote qui les entrainera dans ses folles aventures.

#

Parades 2004
De Jan Potocki

Mise en scène Alberto Nason
Coproduction Théâtre de Gorzow

Au fil des Parades de Jan Potocki, nous retrouvons, dans un spectacle bourré d’énergie, tous les ingrédients de la commedia dell’arte : des amoureux contrariés au maître obstiné, en passant par le valet naïf et vaguement roublard. Mais le voyage ne s’arrête pas là puisque les aventures de nos héros les entraineront même du côté de la piraterie…Paré pour une expérience unique en deux langues ? Alors, à l’abordage !

#

La comédie militaire 2003 . 2004
De Carlo Goldoni

Mise en scène Alberto Nason Soutien de l’Adami

Branle-bas de combat ! La comédie militaire s’attaque à un sujet éternel sans jamais se départir de son humour ! Une galerie de personnages : de la mère courage qui s’enrichit à l’amoureuse esseulée, du militaire belliqueux au père de famille pacifiste.

#

Il Calderone, le songe de Pulcinella 2003
D’après Dumas / Molière / Rostand / Shakespeare / Tchekhov

Adaptation Hervé Jenatton, Frédéric Tessier et Stéphane Lam Mise en scène Alberto Nason

Pulcinella fait son caprice : il en a assez des rôles de serviteurs de commedia ! Il rencontre Alphonse Terego, directeur d’un étrange cabaret qui lui propose une nouvelle carrière, amour et grands rôles…

« Il Calderone nous propose une manière originale de revisiter la commedia dell’arte, se réappropriant à sa manière les grands textes du répertoire théâtral (…) » Lyon Figaro

#

Improvvisato 2002
D’après Aristophane / Bacri & Jaoui / Beckett / Goldoni / Jarry / Molière / Rostand / Shakespeare / Tchekhov / Williams

Mise en scène Alberto Nason

#

Arlequin, valet de deux maîtres 2001
De Carlo Goldoni

Mise en scène Alberto Nason Soutien de l’Adami

Pièce maitresse de la commedia dell’arte de Carlo Goldoni. L’hymne à la joie d’Arlequin. Chez nous, Arlequin ce sont nos comédiens qui, tels les morceaux coloriés de son costume, virevoltent comme un kaléidoscope sur scène.

« Ca vit, ça bouge, avec simplicité et à propos. Dans le ton juste de la parodie moqueuse…Un enthousiasme et une plaisir d’interprétation visible pour cet Arlequin valet de deux maitres emmené par Alberto Nason et le Théâtre des Asphodèles ». Libération

#

Arlequin l’Européen 2000

Mise en scène Alberto Nason

#

L’amour des Trois Oranges 1999
De Carlo Gozzi

Mise en scène Alberto Nason Coproduction Théâtre des Célestins

#

La comédie des masqués 1998
D’après des textes et canevas originaux des XVIème, XVIIème et XVIIIème siècles

Mise en scène Alberto Nason

#

Arlequin, l’amour et la mort 1997
D’après la Matrone d’Ephèse, une parodie de la nouvelle de Petrone, Dom Juan, le mythe baroque, et Turandot, de Carlo Gozzi

Mise en scène Alberto Nason Coproduction Fêtes nocturnes de Grignan

Savoureux mélange de thèmes classiques et de clins d'œil actuels, créant ainsi une complicité avec le public, Arlequin, l’amour et la mort présente trois histoires où la passion d'amour et l'angoisse de la mort jouent à colin-maillard.

#

L’Ordre vagabond 1994
Inspiré du roman comique de Scarron et du Médecin Volant de Molière.

Mise en scène Alberto Nason

L'Ordre Vagabond, c'est le parti pris du théâtre dans le théâtre. Chaque spectateur se trouve transformé en témoin indiscret. Le jeu spécifique de la Commedia dell'arte donne à ce spectacle une allure baroque alliant différentes disciplines telles que le jeu masqué, l'acrobatie, le combat et la polyphonie.

exposition sur
la commedia dell'arte

« La Commedia dell’arte dans tous ses états : voyage au cœur d’un genre théâtral européen »

Proposer cette exposition sur la Commedia dell'arte prend vraiment un sens particulier aujourd’hui, dans ce début de 21ème siècle. A l’heure de l’Europe et de l’explosion des expressions artistiques, il s’agit de montrer que déjà au 16ème siècle et jusqu’au 18ème siècle, alors que des guerres ravageaient régulièrement le territoire européen, des saltimbanques ont donné naissance à un genre théâtral qui a su traverser les frontières, les siècles et les disciplines.

Cette exposition a pour but d’offrir au public le plus large possible une approche pédagogique de la commedia dell’arte, pour faire ainsi découvrir un genre théâtral méconnu et souvent victime de certains clichés.

#

Si la commedia dell’arte est bel et bien née en Italie, elle est avant tout une forme artistique européenne qui a su dépasser les identités nationales et s’y adapter, se nourrissant d’elles pour se renouveler.

Genre hybride, parfait symbole de cette intégration européenne réussie, la commedia dell’arte a trouvé tout au long du XXème ses continuateurs. Aujourd’hui, les plus grandes écoles de théâtre, de l’Actor studio à New York à la Schaubühne de Berlin, ont compris l’importance occupée par la commedia dell’arte dans le jeu du comédien et intègrent désormais l’enseignement de cette forme dramatique dans leur formation.

#



Descriptif de l’exposition

Cette exposition est composée de 23 kakémonos comprenant des textes explicatifs ponctués de gravures, de photographies et de cartes.

On se familiarise ainsi avec les personnages caractéristiques de la commedia dell’arte en découvrant leurs psychologies et leurs costumes. On découvre également l’objet mythique que représente le masque, héritier du travail artisanal et symbole de ce genre théâtral.

Nous avons également la chance de pouvoir présenter au public un texte de Ferrucio Soleri, l’interprète de référence d’Arlequin dans la seconde moitié du XXè siècle qui, depuis plusieurs décennies, joue ce rôle dans les pièces de G. Strehler.

Ces kakémonos, lorsque la superficie du lieu d’accueil le permet, peuvent s’accompagner de l’exposition de costumes, de masques, de maquettes de décor, et d’une projection vidéo montrant au public la gestuelle, la démarche et la manière de s’exprimer bien spécifiques des différents personnages composant la commedia dell’arte.

ateliers
d'initiation

Nos spectacles
comme lien
de transmission

Si nos créations s’appuyent toujours sur la commedia dell’arte, c’est aussi parceque nous défendons cette forme pour son côté populaire, accessible à tous et fédérateur. En marge de nos représentations - et nous essayons toujours de faciliter au maximum les séances scolaires- nous offrons systématiquement la possibilité d’une rencontre avec les élèves, que ce soit une introduction au spectacle ou sous forme de discussion à l’issue de la représentation.

Nous proposons également autant que possible de mener des ateliers d’initiation ou des conférences interactives / participatives. Encadrés par un comédien, il s'agit de découvrir l'univers de la Compagnie, notamment à travers la commedia dell’arte et ses spécificités. C’est aussi l’occasion de pratiquer cet art à travers l’improvisation, de se confronter avec les personnages - leur gestuelle, leur histoire et leur psychologie - et ainsi d’aborder l’histoire du théâtre à travers le prisme de ce style traditionnel et truculent.

Selon l’approche choisie, le public sollicité et le spectacle présenté, la découverte de la commedia peut être croisée à une autre discipline : human beatbox, danse hiphop, confection de masques, acrobaties, mime...


Un dossier pédagogique pour chaque spectacle est également disponible sur simple demande

#



A titre d’exemple :

DOM JUAN

Théâtre Jean Le Bleu

En amont de la représentation, nous avons animé une rencontre autour de la création du spectacle Dom Juan avec 270 élèves. En présence des 7 comédiens, nous avons proposé une conférence interactive afin de présenter la commedia dell’arte telle qu’abordée au Théâtre des Asphodèles. La spécifité de mettre en scène un texte classique comme Dom Juan a été le fil de la rencontre, avec des scolaires particulièrement intéressés et participatifs.

LES IRREVERENCIEUX

esplanade du Lac / Divonne-les-Bains

En amont de deux représentations scolaires, nous avons animés au collège de Divonne-les-Bains et auprès de 4 classes deux ateliers consécutifs d’initiation croisée.
Encadrés par 2 comédiens du spectacles, les élèves ont pu en une heure découvrir l’univers de la commedia dell’arte, s’essayer au masque et approcher les différents personnages. En parallèle, ils ont découverts les bases du Human Beatbox et comment se les approprier pour créer un environnement sonore pouvant accompagner une situation de jeu. A l’issue des deux représentations, un temps d’échanges et de discussions a été ouvert entre les élèves et les comédiens, avec un retour plus précis en direction des participants aux ateliers de la veille.

conférence
spectacle sur la commedia dell'arte

D’une durée d’une heure, cette conférence riche et interactive constitue un excellent complément à l’exposition sur la commedia dell’arte comme aux spectacles.

Une rencontre à la fois pédagogique et artistique, animée par un comédien de la compagnie qui offre une approche de la Commedia dell’arte dans sa forme traditionnelle ou, selon la formule, un focus sur le travail de création de la compagnie autour de cette discipline.

Cette conférence retrace l’histoire de la commedia dell’arte depuis ses origines et présente
les personnages prépondérants de cet art théâtral
et de leur évolution.

Le comédien ponctue ainsi son discours par des scènes emblématiques des différents personnages archétypaux de commedia dell’arte : à chacun correspond une origine géographique, une démarche, un costume, un masque, des accessoires propres et bien sûr un comportement et des traits de caractères particuliers... Autant d’éléments qui leur donnent leur spécificité et qui les rendent immédiatement identifiables.

À l’issue de la rencontre, le public peut essayer les masques et ainsi toucher de près à la commedia dell’arte. Une conférence riche et interactive qui constitue un excellent complément à l’exposition sur la commedia dell’arte.

#

#

animations

Faire vivre l’esprit de la commedia dell’arte, c’est chercher le rapport au public, le rire. C’est provoquer un moment de rencontre et de partage dans l’inattendu. C’est faire naître un moment unique de l’instant et pour l’instant.

La Compagnie du Théâtre des Asphodèles propose des animations tout terrain, des formes lègères et adaptables aux besoins et aux envies.



#



Les Zanni all’improvviso

Des comédiens débarquent, une heure durant ou par fragments. Ils remplissent l’espace de chansons, de scènes, de personnages, masques et intrigues... Leur secret ? Une alchimie de poésie, de rire et la saveur de la légèreté.

Il y a la légende, il y a l’histoire. La légende est connue. Le conteur vient de loin. Il va de place publique en carrefour, il marche du matin au soir. Le soir, il parle. Il raconte des légendes connues ou inconnues, il harangue la foule, c’est sa propre histoire.

Puis, il a fait sur les places des gestes emphatiques, des acrobaties grotesques, il a mis un masque, il crie et gesticule, monte sur des tréteaux, et cela pour être vu de loin et être entendu.

















#



Les Troubadours du Roy

« Les vieux châteaux dressés du fond du moyen âge semblent guider leurs pas légers comme un matin et parmi les donjons perchés dans les nuages les princesses leur font des signes avec les mains ».

Un véritable voyage à travers les siècles et les provinces de France. Retrouvez avec plaisir chansons du folklore, ritournelles d’antan et refrains d’aujourd’hui que vous aimez fredonner. Un voyage musical à travers les siècles...

Avec ce trio de comédiens, chanteurs et instrumentistes, découvrez l’esprit convivial et enjoué des ménestrels. Ils animeront votre événement avec une énergie sans cesse renouvelée pour vous étonner et faire de votre manifestation un moment inoubliable.

Dans une ambiance chaleureuse, ils animent et donnent un air de fête et de convivialité à vos dîners, galas, défilés, animations de rues, festivités, châteaux, musées, colloques, réceptions, hôtels, cocktails…



documents à télécharger

En plus de 20 ans d’existence, à partir de la création de spectacles de commedia dell’arte, notre compagnie a su tirer profit des diverses potentialités que recèle son équipe pour affirmer sa singularité dans cette voie tout en se livrant à une importante diversification de son activité oscillant sans cesse entre action de proximité, ouverture internationale et interculturelle.


bref historique

17 Juin 1992 : Création de l’association de la Compagnie du Théâtre des Asphodèles par le duo Myriam Gagnaire / Thierry Auzer, ensuite rejoints par Dominique Lefebvre. Ce trio de comédiens est accompagné des techniciens Mustapha Delli et Guillaume Pessina. Leur démarche artistique s’officialise avec la création du spectacle « Sur la route pas de connerie », mise en scène par Dimma Vezzani.

1993 : La compagnie se recentre sur ses premiers amours, la commedia dell’arte, suite à une rencontre avec Alberto Nason. De cette collaboration qui durera 13 ans naîtront de nombreux spectacles.

1994 : Création de L’ordre vagabond dont la Première a lieu au festival de Nuits de la Mayenne. C’est le premier spectacle de la cie à être présenté au festival d’Avignon en 1995. À partir de ce moment, la compagnie enchaine les tournées, les déplacements et les rencontres, avec pas moins de 5 spectacles simultanément en tournée !

1999 : Création de L’amour des Trois Oranges, spectacle co-produit par le Théâtre des Célestins qui donnera lieu notamment à près de 60 représentations au Lucernaire de Paris. Avec une musique composée par Stéphane Lam, une première collaboration toujours active aujourd’hui. L’année 1999 est pour la compagnie une année très prolifique : leur deux créations (L’amour des Trois Oranges et Arlequin, l’amour et la mort) donneront plus de 100 représentations à elles-seules ! Mais 1999 est aussi une année marquée par le changement, puisqu’en avril ouvrira le tout premier lieu de la compagnie, qui s’installe au 84 avenue Félix Faure. C’est donc après deux années de recherches, que la quête du lieu idéal pour fonder le Théâtre des Asphodèles abouti !

2000 : La compagnie marque l’actualité au festival d’Avignon et fait la une des journaux en s’installant pendant tout le festival dans un magasin de la rue de la République pour retracer l’histoire de la commedia dell’arte. Masques, costumes, beaucoup de couleurs et de passion : l’idée séduit tous les cœurs venus pour le festival. Cette initiative marque un tournant dans la vie de la compagnie, dorénavant respectée par les plus grands du milieu, lui permettant de s’imposer comme une structure culturelle de référence.

2001 : C’est la création de « Arlequin valet aux deux maîtres », une pièce mythique de la commedia dell’arte.

2002 marque la toute première co-réalisation d’un spectacle avec un pays étranger : « Parades », une création franco-polonaise.

En 2003, plusieurs actions sont pensées et créées, c’est le temps des grands projets interculturels : une vocation et un désir ancrés dans l’esprit de la compagnie depuis longtemps. Ces projets, ce sont :

Une collaboration avec l’Allemagne pour faire naitre le forum franco-allemand des jeunes artistes (qui deviendra en 2007 une association : La Plateforme de la jeune création franco-allemande)

Une collaboration avec la Chine : ce sont les années culturelles croisées France/Chine, grande manifestation au cours de laquelle chacun des deux pays met à l’honneur la culture et la production artistique de l’autre. Le mélange de deux disciplines, à savoir l’opéra de Pékin et la commedia dell’arte, donnera naissance au spectacle Arlequin navigue en Chine en 2007, qui tournera aussi bien en Europe qu’en Asie tout au long de son existence.

Une collaboration avec l’espace Pandora (structure spécialisée dans l’action culturelle autour du livre et de l’écrit) pour penser un événement dans le cadre de la Semaine de la langue française et de la francophonie. Cette réunion abouti à la création de la Caravane des Dix Mots. Dans sa première édition, il s’agit d’un camion qui parcourt les routes rhônes-alpines durant 2 mois pour recueillir toutes sortes de productions (sonores, textuelles, visuelles, plastiques,…) à partir de 10 mots choisis. Devenue une association à part entière en 2007, la Caravane des Dix Mots continue aujourd’hui sa route et étend ses ambitions toujours plus loin !

Mais aussi des collaborations avec le Québec,
la Pologne, le Mozambique…

#



2007 : Après sa séparation avec Alberto Nason l’année précédente, la compagnie s’associe avec Luca Franceschi pour monter le spectacle Dom Juan, pièce majeure de Molière. La création franco-chinoise Arlequin navigue en Chine prend son envol : la répétition générale a lieu à Lyon et la première se déroule à Hong Kong le lendemain ! En parallèle, la compagnie change de lieu et déménage avenue Lacassagne.

2012 : La Compagnie du Théâtre des Asphodèles prend un nouveau virage pour s’installer dans un ancien garage automobile rue Saint-Eusèbe. Elle se lance également dans un nouveau projet de spectacle : le tryptique des Irrévérencieux, un projet qui devrait s’étendre jusqu’en 2018. Le premier volet, prix du Festival Off d’Avignon 2013 et coup de cœur de la Presse, est toujours en tournée : il permet la rencontre de la commedia dell’arte avec le hip-hop et le human beatbox. Quant au second volet, il est en production et verra le jour début 2016 !

2014 : Suite au succès rencontré par Dom Juan, la compagnie, fiévreuse de moderniser cette pièce mythique, créé Dom Juan 2.0. Cette nouvelle pièce, qui conserve la même équipe artistique, se met à l’heure du numérique, du 2.0 et s’interroge sur les rapports humains. Sous couvert de présenter un filage de sortie de résidence, les acteurs se dévoilent au spectateur et se présentent eux-mêmes à travers la pièce de Molière.

2015 : 23 ans après sa création et 20 après son premier festival d’Avignon, la compagnie du Théâtre des Asphodèles est toujours guidée par cette furieuse envie d’originalité, de mélange des genres et ce besoin de dialoguer…avec les langues, les cultures et les disciplines.



Au fil de ses créations, le Théâtre des Asphodèles a su se forger une identité originale et conquérir à la fois les institutions et un public toujours plus nombreux. Notre compagnie compte aujourd’hui à son actif, 25 créations de Commedia dell’arte pour un total de plus de 1500 représentations qui ont attiré environ 330 000 spectateurs dans une dizaine de pays différents.

dialogues

Prenez les fondateurs de la compagnie : Thierry Auzer, chanteur de rock, Myriam Gagnaire, chanteuse et comédienne, Dominique Lefebvre, chanteur, Alberto Mason, metteur en scène italien mariée à une allemande. Toutes ces personnes n’avaient a priori rien pour être ensemble. Et pourtant, c’est bel et bien la réunion de ces personnalités différentes, à la culture différente, venant de disciplines différentes qui a fait la richesse première de la cie. Leur vision très différente des choses a permis leur complémentarité. Durant les tournées, les nombreuses rencontres artistiques et humaines n’ont fait qu’étoffer cette diversité devenue l’essence même de la cie.

Est née de ces rencontres et de ces échanges une envie viscérale de monter des pièces en partenariats avec d’autres pays, aboutissant à des créations franco-polonaise, franco-mozambicaine ou franco-chinoise. Chaque projet confrontant systématiquement les langues, les cultures, les disciplines. Pourquoi cette volonté ? Pour notre compagnie, la diversité des regards que l’on porte au monde est la seule possibilité d’un humanisme renouvelé, chacun dans sa culture mais dans le respect de l’autre. C’est dans ce rapport à l’autre, aux autres, que se trouve la clé de la véritable richesse personnelle.

Établir des passerelles entre les cultures, les genres,
les êtres et les choses qualifie à la fois l’esprit
et l’action de notre compagnie. S’il nous fallait
choisir un seul mot pour qualifier notre action
ce serait le mot « dialogue ».

#

#



Dialogue entre les disciplines

Il faut d’emblée noter que la commedia dell’arte se pose comme l’incarnation même de la pluridisciplinarité. Théâtre, acrobaties, techniques empruntées à l’art clownesque, musique, chant marquent l’empreinte de cette forme artistique si singulière et parfaitement identifiable. Toutes nos activités ne sont pas uniquement tournées vers le théâtre, puisque nous avons élargi nos ateliers de formation à l’écriture, la danse, le chant, le human Beatbox, le slam…

Dialogue entre les genres

Notre ligne artistique est basée sur les principes d’échange, de partage et de dialogue. Un échange des cultures, un partage des savoirs, et un dialogue entre les genres. La compagnie s’enrichit des diverses méthodes de travail, et confronte sans cesse les différentes conceptions de création des pays. Jamais centrée sur elle-même, elle s’évertue à toujours s’ouvrir aux autres.

Dialogue avec le quartier, l’Europe et les continents

Nous nous attelons à mener des actions à des échelles très différentes, et notamment :

du quartier dans lequel nous avons aujourd’hui une véritable assise à travers nos ateliers (15 ateliers hebdomadaires, environ 210 personnes), stages artistiques et interventions en milieu scolaire et universitaire, mais aussi notre participation à des événements tels que Tout l’monde dehors, la Fête des Lumières, la Semaine de la langue française, les Journées européennes du patrimoine…

de nos voisins européens avec notamment le développement d’un fort partenariat avec l’Allemagne, la Pologne, la Suisse, le Portugal et l’Italie.

des continents puisque ont déjà vu le jour des échanges avec le Québec, le Sénégal, le Mozambique et la Chine.

Cette dimension internationale revêt pour notre compagnie une importance toute particulière : soucieux de contribuer à faire connaître la culture et la production artistique de différents pays étrangers, nous avons à cœur d’axer notre action internationale autour de la notion d’échange et de coopération, et ainsi de nous éloigner d’une vision étriquée de l’international qui se résumerait à une simple exportation de notre propre création artistique.

projets nés
de la compagnie


La Caravane des Dix Mots

Créé en 2003, « La Caravane des dix mots » est un projet d’action artistique et linguistique fondé sur le partage de la langue française : il est partagé depuis par des équipes artistiques et citoyens du monde entier.

plus d'infos sur caravanedesdixmots.com


Plateforme de la jeune création franco-allemande

Créé en 2007, son objectif est de tisser des liens étroits entre de jeunes artistes de France, d’Allemagne et parfois aussi d’autres pays (comme par exemple la Pologne, le Québec, la Belgique ou encore la Macédoine), au travers de stages et d’événements artistiques.

plus d'infos sur plateformeplattform.org


Le Pavillon rouge des arts

Cette plateforme d’échanges culturels franco-chinois pour objectif de favoriser l’échange artistique entre les deux pays : former, créer, repérer, conseiller, diffuser, rapprocher et comparer nos sociétés par le biais de l’art. Formations et ateliers autour de la langue et des arts sont proposés tant en France qu'en Chine, mais aussi un accompagnement dans la mise en oeuvre de projets artistiques entre artistes chinois et français, allant de la production à la diffusion, en passant par la composition musicale et l'interprétariat.

plus d'infos sur lepavillonrougedesarts.com

#

une compagnie
dans son lieu de vie

À la fin des années 90, fort du succès de ses spectacles, la compagnie a eu l’occasion de faire un grand nombre de rencontres. L’ambition est alors de chercher une sorte de « Maison pour tous » où chacun pourrait y trouver son bonheur artistique et culturel.

C’est ainsi que notre compagnie présente la particularité d’avoir son propre lieu de vie, le théâtre des Asphodèles, situé dans le 3ème arrondissement de Lyon. Ce lieu lui permet d’exister au-delà de ses activités de compagnie (création et vie de spectacles, formations professionnelles,…), d’avoir un véritable impact dans la vie culturelle lyonnaise et de recevoir en son sein d’autres compagnies, en résidence ou en location.

Ainsi, même si le théâtre des Asphodèles ne propose pas de programmation à proprement parlé, notre lieu accueille des nombreux spectacles, conférences, et autres rendez-vous artistiques tout au long de l’année.

Et si nous avons évolué durant nos 20 ans d’existence, notre ambition de partager, de d’échanger, de dialoguer avec vous et tout ce qui nous entoure est plus forte que jamais !



#


N’hésitez pas à découvrir tout ce que notre lieu a à vous offrir en vous rendant dans l’onglet théâtre

#



Ilot artistique urbain
dans le 3ème arr. de Lyon

L’asphodèle est cette plante quelconque qui perce en troupes la rocaille sèche, le sol ingrat ou le coteau sauvage. C’est une beauté soudaine et inattendue, sur le bas-côté des routes où ne s’arrêtent guère que les gens du voyage. Et si, dans un monde souvent aride, utilitaire, difficile ou médiocre, chaque spectacle était le défi d’une éclosion éphémère de beauté, d’originalité, aux couleurs d’une vie différente, offert à ceux qui acceptent encore de s’arrêter et de se laisser étonner ?


Tisser un fil entre possibles et imaginaires...

Notre lieu, espace de rencontre et de convivialité, ne cesse d’accueillir répétitions et présentations de compagnies les plus diverses tandis que les multiples cours hebdomadaires, proposés également en nos murs, attirent des participants toujours plus nombreux et plus enthousiastes.

Plus largement, au travers de diverses actions menées depuis notre implantation dans le quartier, la Compagnie du Théâtre des Asphodèles a en réalité cherché à œuvrer pour une cause bien précise : rendre une âme à ce quartier de Part-Dieu - Villette, situé au plein coeur de la cité Lyonnaise, en agissant de telle sorte qu’il ne demeure pas un territoire dédié uniquement au commerce, à l’industrie et à la finance mais qu’il soit également un lieu de vie et de plaisir pour des personnes qui y résident au quotidien. Aussi, édifier un espace d’art et de culture, et par là-même introduire une touche de poésie dans un tel environnement, s’est posé pour nous à la fois comme un défi et une urgence.

Nous constatons avec joie que régulièrement des personnes s’arrêtent devant la porte toujours grande ouverte, penchent la tête et s’interrogent sur ce lieu atypique tant par son activité que son emplacement inattendu en pleine rue résidentielle. Elles y pénètrent, le « dévisageant » avec curiosité et étonnement. Un tel comportement des badauds constitue pour nous une grande victoire, la preuve que notre objectif d’ouverture à l’autre - et par là-même notre raison d’être - est atteint.

#

De par la spécificité de notre lieu, que ce soit d’un point de vue du bâtiment et de son occupation comme du projet artistique à l’origine de sa naissance, le Théâtre des Asphodèles est à considérer comme un véritable îlot artistique urbain, un lieu de fabrique qui réinvente toujours de nouvelles modalités de productions et d’échanges.

Ce Théâtre, nous le défendons, nous le rêvons, nous le faisons vivre avec la conviction forte et profonde d’en faire un espace ouvert et créatif à la création et aux expérimentations, aux disciplines et esthétiques, aux populations, aux frontières, au quartier comme au monde ; un lieu de rencontre, de découverte, de partage et de dialogue.

C’est aussi créer les occasions et les moyens de transmettre les valeurs d’un théâtre populaire, faire partager un savoir-faire et une aventure artistiques.

#



Aujourd’hui, l’envie est plus que jamais présente de réaffirmer notre lieu en l’ouvrant vers une vie de quartier(s), ponctuée de rendez-vous qui rassemblent et créent une communauté en favorisant l’éclosion de « moments publics et collectifs».

#

#

#

#

Cours et stages de théâtre

Partager notre passion pour le theatre, notre savoir-faire de la Commedia dans son approche pluridisciplinaire et transmettre au plus grand nombre dans des valeurs d’échange et de partage qui nous animent au Théâtre des Asphodèles. À la fois moments de plaisir et d’apprentissage, nos cours de théâtre permettent pour les uns de découvrir ces univers particuliers, et pour les autres de perfectionner certaines techniques.

Les cours sont dirigés par des comédiens professionnels et se déroulent dans des salles de cours adaptées. Tous nos cours aboutissent à un spectacle ouvert au public.

#



Les cours hebdomadaires

Le mercredi
pour les enfants

Apprendre le plaisir du jeu avec les autres, développer sa connaissance de soi et s’amuser en cultivant son imaginaire.

> cours enfants : 3/4 ans, 5/6 ans, 7/9 ans et 10/12 ans
> cours adolescents : 13/15 ans et 16/18 ans
> cours human beatbox 9/15 ans

En soirée
pour les adultes

Découvrir le théâtre et ses différentes facettes, s’essayer à l’inconnu, accroitre son potentiel, s’exprimer et laisser libre cours à sa créativité, appréhender des techniques.

> cours de théâtre tous niveaux (du débutant au plus expérimenté)
> cours de commedia dell’arte
> cours de théâtre burlesque
> cours de mime
> cours de human beatbox
> cours de théâtre d’improvisation
> cours de création théâtrale



Date de début des cours : à partir du 26 septembre 2015
Ouverture des inscriptions à compter du 1er juin 2015
Tarifs : de 85€ à 160€ / trimestre - règlement de la globalité de l’année à l’inscription (possibilité en plusieurs fois) Adhésion : 16€


#



Stages

Dans une volonté de transmission, d’échange et de découverte autour de la pratique théâtrale, le Théâtre des Asphodèles propose des stages artistiques.

> pour les enfants et adolescents
pendant les vacances scolaires
> pour les adultes les week-end




Tarifs enfants : 145€ / 160€ pour les non-adhérents les 5 jours Tarifs adultes : 80€ / 90€ pour les non-adhérents les 2 jours Adhésion : 16€













documents
à télécharger
cours















documents
à télécharger
stages

#


Actions en milieu scolaire

Au Théâtre des Asphodèles, nous estimons qu’il est essentiel de susciter un intérêt pour l’art et la culture dès le plus jeune âge et c’est pourquoi nous proposons depuis plus de quinze ans des interventions en milieu scolaire, de la maternelle au lycée, de l’enseignement général à l’enseignement professionnel, en passant par l’enseignement spécialisé.

Nous avons à cœur de sensibiliser le jeune public, en tant que spectateur et acteur. Nos interventions sont multiples et diversifiées, dans un souci d’adéquation avec le public visé.

Notre volonté est de faire évoluer ces interventions théâtrales ponctuelles en véritables projets artistiques d’établissement, tout en restant aptes à répondre aux sollicitations croissantes de nouveaux partenaires du milieu scolaire. La quasi totalité de nos interventions donne lieu à une restitution publique et à un temps d’échange.



1. Projet « À la découverte d’une compagnie »

Le Théâtre des Asphodèles encadre des projets liés à son expertise théâtrale : découverte de la Commedia et du masque, travail de la pluridisciplinarité, approche de textes du répertoire classique et contemporain…
Sous forme d’ateliers de pratique, de conférences-spectacles, de rencontres avec les équipes artistiques, d’expositions et de visites de la salle de spectacle, ces projets permettent une approche de l’art et de la culture didactique et ancrée dans les réalités et le quotidien d’une compagnie.

2. Projet « le théâtre comme outil de développement »

Le Théâtre des Asphodèles va à la rencontre de publics et territoires spécifiques, pour lesquels le théâtre peut devenir un outil de développement.



Actions en milieu professionnel

Le Théâtre des Asphodèles attache une attention toute particulière à des actions de proximité avec le quartier du 3e arrondissement dans lequel il s’inscrit - 10 minutes du quartier d’affaires de la Part dieu -Villette/Paul Bert.

La pratique théâtrale trouve parfaitement sa place au sein de l’environnement professionnel. L’entreprise, c’est d’abord la capacité de savoir communiquer et échanger, deux dimensions qui sont au cœur de la pratique théâtrale. C’est ensuite la volonté d’aller vers l’autre, de découvrir et de mettre en commun des capacités. De la même manière qu’une entreprise donne à chacun un rôle à jouer, la création théâtrale constitue une somme des savoirs-faires de chacun.


Connaissance de soi, confiance dans le groupe

Sur un plan strictement professionnel, la mise en place d’un atelier de pratique théâtrale permet le développement de techniques d’expression, face au groupe, parfaitement applicables aux attentes de l’entreprise.
L’atelier porte évidemment toute son attention sur l’importance du groupe et du travail collectif, ce qui permet de renforcer les liens entre les participants mais aussi de créer, toujours selon le principe de détournement propre au théâtre, des références communes qui soient autres que celles de l’entreprise. Le travail en groupe vise à mieux se connaître, mieux connaître la personne que l’on côtoie, mieux connaître aussi sa hiérarchie ou ses collaborateurs.


L’ouverture aux arts, facteur de développement des compétences professionnelles

Sur un plan plus culturel, la pratique théâtrale, même sous forme d’initiation, vise à stimuler un intérêt pour les arts et les lettres, mais également un sens de la créativité, par des voies autres que celles proposées par l’entreprise : c’est une manière différente d’analyser, de former son esprit critique, c’est apprendre à penser autrement.


La pratique théâtrale en entreprise vise avant tout le développement d’une culture professionnelle axée sur l’individu au sein du groupe, où le Théâtre s’inscrit en complément des objectifs professionnels de l’entreprise, pour former un personnel plus enclin à ouvrir sa réflexion sur son travail et peut-être aussi plus épanoui dans sa fonction, au moment où il est amené à travailler avec d’autres mentalités ou d’autres corps de métiers.

On travaille avec : MGEN, Sodexo, mission locale, etc.

Contactez nous, demandez un devis !

Toutes nos actions en milieu scolaire
et en entreprise

> Commedia dell’arte
> Initiation au jeu théâtral
> Projet de création d’un spectacle :
de l’écriture au jeu
> Théâtre langues et culture
> Atelier Jeu et connaissance de soi
> Atelier Confiance en soi et dans le groupe
> Théâtre d’improvisation
> Human Beatbox
> Mime

Mais aussi…

> Conférence animée sur la commedia dell’arte
> Exposition : la commedia dell’arte
dans tous ses états



documents
à télécharger

formation professionnelle

Le Théâtre des Asphodèles est un lieu de vie de compagnie(s) avant tout : être un espace de fabrique, d’expérimentation, de recherche, d’émulation, de dialogue...

C’est pourquoi nous sommes particulièrement attachés à offrir ici une véritable maison du comédien, de l’artiste. Ouvrir la possibilité à se former, se questionner, confronter sa pratique et élargir ses horizons, nous semble fondamental.

Dès que l’occasion se présente, le Théâtre propose des sessions de formation, découverte ou approfondissement de pratiques artistiques, qui permettront aux professionnels l’acquisition de nouvelles techniques et champs disciplinaires.

Nous tissons d'ailleurs des liens avec des partenaires tels que l’AFDAS, les Chantiers Nomades, l’ENSATT...


#


Une proposition régulière de rencontres, colloques et formations sur le milieu artistique et culturel est également faite au Théâtre des Asphodèles, en lien avec la Nacre, Culture pour Tous, etc...

Merci de nous contacter et nous laisser vos coordonnées si vous souhaitez recevoir les formations et rencontres à venir.

mise à disposition d'espaces

#



Parce que notre lieu est avant tout vivant, ouvert aux rencontres, nous avons depuis toujours choisi d’ouvrir nos espaces à d’autres équipes.
L’occupation des espaces se fait par une mise à disposition souple et réactive pour répondre aux sollicitations de compagnies, professionnelles et amateurs, d’entreprises et d’associations culturelles diverses.
Cela nous permet ainsi d’accueillir des équipes artistiques en travail de création ou pour des représentations, mais aussi et plus largement des séminaires / colloques, des actions de formations, des manifestations mêlant expositions, performances, rencontres...


Les espaces

La Salle de spectacle

répétition, spectacle, colloque...

* une salle de spectacle d’une capacité de 105 places
* un plateau surélevé de 10 cm avec 10 m d’ouverture sur
7 m de profondeur, 3,90 m de hauteur sous perche
* pendrillonage et frise avant scène
* une régie en salle avec parc technique son
et lumière adapté
* une loge de 8 m2 avec point d’eau et rangements
* écran de projection


Les salles de travail

répétition, réunion, formation, cours...

* 2 espaces de 45 m2 (6,20m x 7,20m)
* sol lino ou plancher fin
* lecteur CD, tapis de sol, piano
* tables, chaises, fauteuils

mais aussi :

* un hall d’accueil de 120 m2 : billetterie, bar, espace d’exposition...
* un espace de détente et de convivialité de 25 m2 équipé : frigo, lave-vaisselle, micro-onde, four et plaques,
cafetière, bouilloire...
* espaces de travail avec connexion Wifi
* local technique
* possibilité d’hébergement 4 personnes
à proximité du Théâtre



Conditions de mise à disposition

L’accueil dans nos espaces comprend une participation aux frais inhérents au lieu (ménage, électricité, chauffage, eau...), la mise à disposition du matériel courant (tables, chaises, cafetière, frigo...) et la prise en charge d’une présence de l’équipe des Asphodèles.
L’occupation de la salle de spectacle comprend également l’accueil technique ainsi que la mise à disposition du matériel (plateau, son, lumière,...).

L’équipe du Théâtre des Asphodèles communique sur les manifestations présentées dans son lieu à son réseau d’adhérents, sur son site Internet et sur demande sur les panneaux lumineux de la ville de Lyon.

Les équipes accueillies doivent en revanche disposer de leur personnel pour encadrer les manifestations (accueil du public, billetterie,...) ainsi que du personnel technique qualifié pour leur installation, régie (conduite) et démontage.


Contactez-nous pour toute demande de devis et disponibilité.

documents
à télécharger

accompagnement et résidence

Les labos artistiques urbains

Notre lieu, nous le souhaitons comme un vivier d’arts et d’artistes : ouvert à la découverte de l’autre et dans la pluridisciplinarité, à l’image de la Commedia dell’arte telle que nous la défendons. C’est également avec beaucoup de plaisir que nous accompagnons dans leurs temps de répétitions et de représentations de multiples projets. Nous souhaitons poursuivre et soutenir encore davantage de nombreuses autres équipes, quel que soit leur champs artistique. Ainsi, notre lieu se veut être un véritable laboratoire de création artistique, terrain fertile aux rencontres, échanges et mélanges, d’où pourront éclorent de belles surprises culturelles.

Permettre à des compagnies ou acteurs culturels de bénéficier de lieux adaptés pour les temps de création et de répétition, jouer un rôle d’accompagnement pour la mise en œuvre et la visibilité de projets artistiques, favoriser la rencontre avec le public, tel est l’esprit qui anime notre présence dans ce lieu si propice à ces ambitions renouvelées.


Modalités d’accueil

Le Théâtre des Asphodèles met ses espaces de travail à disposition des compagnies pour une période de création, d’expérimentations, d’auditions, de reprise de rôles, de répétitions, de présentations :

- mise à disposition d’une salle à déterminer en fonction des besoins et des projets
- accès aux espaces communs (cuisine...)
- mise à disposition d’un bureau équipé (ordinateur avec connexion internet, photocopieur, imprimante...)
- mise à disposition de l’atelier de construction de décors
- un accompagnement si nécessaire de l’équipe du Théâtre des Asphodèles (technique, administration et artistique)
- un logement pouvant accueillir jusqu’à 4 personnes en appartement
- un espace de visibilité auprès des professionnels et des publics dans le cadre de sorties de résidences
- une mise en réseau avec les structures culturelles partenaires et collectivités (à définir au cas par cas)

1 à 6 équipes accueillies par an en demande de résidence, suivant les périodes et les durées, en fonction de la pertinence du projet artistique dans le lieu, des besoins de la compagnie et selon la disponibilité et la faisabilité du calendrier des espaces.

Des actions de sensibilisation ou de formation seront demandées à la compagnie accueillie, afin d’œuvrer par la présence artistique au sein du lieu à une véritable dynamisation dans le quartier. La forme et les modalités de ces actions seront balisées en concertation entre la compagnie et le Théâtre des Asphodèles.


Si un accompagnement en résidence dans notre lieu vous intéresse, merci de nous contacter en nous faisant parvenir la fiche de renseignements à télécharger ci-joint et une présentation de votre projet (propos artistique, besoins, périodes, éléments budgétaires,...).





documents
à télécharger

événements et manifestations

Favoriser l’ouverture et la diversité des cultures, des arts, des langues...
Partager les initiatives / Cultiver les langages

Depuis son ouverture, nous défendons notre lieu pour qu’il soit un véritable espace d’échanges et de brassages culturels.
Avec ces rencontres et dans l’esprit d’un véritable théâtre populaire (avec et pour le peuple), les habitants doivent pouvoir compter sur nous, pour une proposition à la fois attractive, inattendue, qui réponde à leurs attentes et les aide à se sentir exister dans la construction d’une harmonisation sociale et culturelle !

Dans le cadre de manifestations temporaires, nous réaffirmons notre présence aux côtés de structures complices et d’événements forts et constitutifs d’une société en partage :
Projets en partenariat non exhaustifs, à la hauteur de nos envies, complicités, énergies.



Balises

Balises est la réunion d’une trentaine de structures culturelles de la métropole lyonnaise, qui « balisent » ensemble sur la saison un itinéraire théâtral original, audacieux. Au-delà d’une mise en lumière de spectacles et d’un travail sur la circulation des publics, il s’agit pour ces lieux de trouver de nouvelles modalités de collaboration, d’inventer ensemble des initiatives conjointes de mise en valeur des ressources de ce territoire culturel métropolitain.

En 2015, le Théâtre des Asphodèles propose deux spectacles dans le cadre de l’opération « Balises » :
1. Triptyque « Gombrowitcz » (Cie Itek) en janvier 2015 (en complicité avec le Consulat de Pologne à Lyon)
2. « Trisunique » (Cie Belle&Fou) en avril 2015
balises-theatres.com



sens interdits

Initié en 2009 par le Théâtre des Célestins, le festival Sens Interdits invite des artistes venus de tous horizons d’un monde en constante mutation. Usant du théâtre comme d’une arme, ces voix, souvent opprimées, investissent la scène comme espace de liberté et bravent oublis et tabous. Il s’agit d’un théâtre de l’urgence, d’un théâtre profondément politique qui dit le monde, éclaire le présent et aide à construire l’avenir.

Les 25 et 26 octobre 2015, le Théâtre des Asphodèles accueille dans le cadre du Festival « Cafi » de Vladia Merlet mis en scène par Georges Bigot. Un beau et sensible spectacle qui réveille nos mémoires sur les camps de réfugiés d’Indochine, dont le dernier camp en France a fermé seulement en 2008 !
sensinterdits.org



Fête des lumières

Depuis 2005, le Théâtre des Asphodèles s’inscrit, en tant que lieu et équipe artistique, dans le cadre de la « Fête des Lumières » de la ville de Lyon.

Il nous paraît fondamental de participer à des manifestations nationales et municipales, d’en être le relais. Dans le cadre de ces manifestations temporaires, nous affirmons notre volonté de dépasser les frontières des genres artistiques afin de développer des interventions audacieuses, qui s’intègrent parfaitement aux vocations de ces événements tout en y apportant notre savoir-faire culturel.
Retrouvez nos projets du 5 au 8 décembre 2015 !
fetedeslumieres.lyon.fr



Journées européennes du Patrimoine

Notre participation aux Journées européennes du Patrimoine s’inscrit toujours dans cette volonté d’ouvrir notre lieu au quartier, permettre à nos voisins de découvrir le lieu de façon informelle, le temps d’un moment de vie collectif, en inventant des modalités d’approche artistique : expositions, atelier d’initiation / conférence, spectacle porte ouverte...
En 2015, le Théâtre des Asphodèles ouvrira ses portes pour les Journées européennes du Patrimoine le dimanche 20 septembre de 13h à 18h.
journeesdupatrimoine.culture.fr



Culture pour tous

A travers ce partenariat, le Théâtre des Asphodèles s’engage à mettre à la disposition des adhérents de Culture pour tous deux places gratuites pour tout spectacle présenté en nos murs. Seront également organisées une ou deux journées de découverte de notre lieu en direction de ces publics.
Le Théâtre des Asphodèles accueille également chaque année des cycles de formation Culture pour tous.
Un tel partenariat répond parfaitement à l’une des principales préoccupations de notre compagnie : amener des personnes - pour qui l’art et à la culture ne représentent que de vains concepts - à découvrir cet univers avant de les aider à se doter des instruments leur permettant de se l’approprier.
culture-pour-tous.fr




La caravane des dix mots
et la semaine de la langue française

Par le prétexte de 10 mots, il s’agit « d’aller à la pêche au sens des mots au-delà de leur propre définition afin de révéler la richesse que tout être humain porte en lui ».
Par les « dix mots », il s’agit de montrer à quel point la langue française est enrichie d’autant de manières de penser, de voir, de s’exprimer, que de personnes qui la parlent dans le monde. Désireuse de provoquer des échanges culturels, artistiques et linguistiques, la Caravane des dix mots part ainsi à travers le monde à la rencontre des individus, des cultures et des langues de chacun.
Sujet sensible pour le Théâtre des Asphodèles qui accueille depuis toujours les manifestations locales organisées par la Caravane et sert même de point d’ancrage à cette activité en hébergeant les bureaux de la structure de la Caravane depuis octobre 2014.
caravanedesdixmots.com



Espace Pandora

L’Espace Pandora, agitateur poétique et outil de promotion de la littérature contemporaine, vous invite à partager des moments de poésie, riches en rencontres et en découvertes et cherche pour cela à créer de nouveaux lieux (et liens) du livre et de la lecture publique. Sensibiliser un large public à la littérature contemporaine sous toutes ses formes, à travers l’échange, la rencontre, la confrontation des différentes disciplines artistiques...
En 2014-2015, avec et à l’initiative de Pandora, le Théâtre des Asphodèles sera la scène d’une soirée Jazz et Poésie en présence de l’illustre Ricardo del Fra, d’une rencontre-débat animée en complicité avec l’ARALD sur la médiation poétique...
espacepandora.org



Maison des Passages

Pour la Maison des Passages, il s’agit de donner à voir, à écouter des manifestations, des échanges, des appropriations, des mouvements, des replis, des flux multiples des cultures, qui chaque jour se nourrissent des nouvelles du monde, absorbent, intègrent, se différencient… en fonction de leur propre histoire et de leur rapport au monde.
En 2015, le Théâtre des Asphodèles s’associe une fois encore à la Maison des Passages pour soutenir le manifeste « Altérité et Universalité : quel monde pour demain ? » et accueille dans ce sens le 19 mai le Collectif de l’Âtre avec le spectacle « Histoire d’eaux ».
maisondespassages.org